Actus

Interview | Les Suspended Hours, un groupe né dans les cours de musique à l’ARA

Suspended Hours s’est formé dans les parcours d’apprentissage de l’ARA. En tout, ils·elles sont sept : Clarisse est à la basse, Victor et Iban sont à la guitare, Geoffrey au clavier, Milo à la batterie, Thibault au chant et à la guitare rythmique et Steeven à la guitare et aux chœurs. Ils·elles ont entre 14 et 36 ans. Leur groupe est à l’image des cours de musique de l’ARA : hétérogène et intergénérationnel !

Ils·elles sont monté·e·s sur la scène d’Alcatraz (notre petite salle de concert) pour leur premier mini-concert à l’occasion d’une Fiesta des Apprenti·e·s, seulement trois mois après leur première rencontre.

Pourquoi se sont-ils·elles inscrit·e·s à l’ARA ? Qu’y ont-ils·elles trouvé ? Quelles sont leurs aspirations musicales ? Voici leurs réponses !

Vous êtes apprenti·e·s à l’ARA, niveau On Stage (intermédiaire), et vous apprenez chacun·e à jouer d’instruments différents. Comment votre groupe s’est-il formé ?

Victor : On s’est rencontré dans les sessions de jeu en groupe (des moments dédiés à l’apprentissage du jeu en groupe, qui font partie des parcours d’apprentissage musicaux avec les cours collectifs, ndlr) et il y avait une bonne synergie entre nous.
Thibault : En fait, les groupes sont constitués par Quentin, qui est chargé des projets d’apprentissage musical, et les profs. Notre formation était donc une figure imposée au début. On s’est retrouvé ensemble en jeu en groupe et ça marche bien. Il y a des membres de tous les âges et on se découvre au fur et à mesure. On ne se connait que depuis 3 mois !
Steeven : Personnellement, j’avais déjà été élève à l’ARA pendant deux ans, en guitare et chant. J’ai dû arrêter à cause du travail. Aujourd’hui, j’ai retrouvé un poste plus proche et la première chose que j’ai faite a été d’appeler pour me réinscrire ! Il restait une place en cours de clavier et ça tombait bien, ça faisait partie de mes projets de m’y mettre.
Iban : On a une bonne dynamique de groupe. Le fait qu’on fasse des répèt’ en dehors des cours normaux, ça montre bien qu’on s’entend bien !
Clarisse : Pour jouer ce soir, on a un peu précipité les profs d’une certaine manière. On est très vite devenu un vrai groupe, avec des attentes qui sont peut-être un peu différentes de celles d’autres musiciens du niveau intermédiaire.

D’où vous est venue l’envie de prendre des cours de musique, et pourquoi avoir choisi l’ARA ?

Thibault : C’est le concept qui est vraiment top ! On peut travailler notre instrument tout en étant encadré·e·s par un·e prof, un·e pro, et découvrir le jeu en groupe. C’est un concept assez unique et qui m’a plu directement.
Iban : J’ai fait du solfège tout en apprenant la guitare depuis l’école primaire, mais je me suis vite aperçu que je n’avais pas envie de continuer le solfège. Ma mère faisait partie de la chorale de l’ARA, elle m’a proposé de tester les cours ici. Aujourd’hui, ça fait 3 ans que je suis inscrit !
Milo : J’ai fait 2 ans du piano quand j’étais plus petit et je me suis rendu compte que ça ne me plaisait pas. Je m’ennuyais vachement, puis j’ai commencé à m’intéresser à la batterie. J’ai entendu parler de l’ARA par le bouche à oreille. Je suis inscrit depuis 3 ans à l’ARA et j’en suis très content ! C’est moins scolaire que les cours de piano que j’ai connus avant, l’ambiance y est meilleure.
Victor : De mon côté, j’ai fait du violon en conservatoire. J’ai eu des périodes d’arrêt et pendant l’un de ces moments, un pote m’a motivé à me mettre à la guitare. Il était inscrit à l’ARA et j’avais d’autres potes qui étaient ici, c’est comme ça que j’ai fini par m’y inscrire aussi !
Steeven : J’ai l’impression que l’ARA nous a tou·te·s été conseillée par un·e proche ! C’est une sorte de famille, une communauté créée autour de la musique avec plein de gens qui se connaissent.

« J’ai l’impression que l’ARA nous a tou·te·s été conseillée par un·e proche ! C’est une sorte de famille, une communauté créée autour de la musique avec plein de gens qui se connaissent. » Steeven, apprenti musicien à l’ARA

Vous avez choisi d’appeler votre groupe les Suspended Hours, y-a-t-il une petite anecdote derrière ce nom ?

Clarisse : Suspended Hours, ce sont les « heures suspendues » en français, tout simplement parce que les moments qu’on passe ensemble sont toujours un peu hors du temps. On oublie tout, on rigole, il n’y a plus de vie perso, ni de pensées pour le travail et on est là que pour la musique.
Steeven : C’est la magie de la musique de produire cet effet-là, je crois !

Vous vous entendez super bien, même si vous n’avez pas tou·te·s le même âge, ni les mêmes goûts musicaux. Comment vos influences personnelles trouvent-elles leur place au sein de ce groupe ?

Clarisse : C’est vrai que nous n’avons pas tous les mêmes univers musicaux, donc on a mis en place un système en début d’année pour que chacun·e notre tour on puisse choisir un morceau à travailler sur une période de 2 cours. C’est assez démocratique et ça nous permet de découvrir ce qu’écoutent les autres.

Pour nous donner une idée de votre répertoire, pouvez-vous nous dire quels morceaux vous avez choisis de jouer ce soir ?

Thibault : On aura un morceau de Lenny Kravitz et un morceau de Coldplay.
Clarisse : Mais en répèt’ on s’est déjà entrainé sur du Radiohead, un peu sur Queen. On tourne quand même globalement plutôt sur du pop rock pour l’instant. On est aussi contraint·e·s par notre propre niveau donc on essaie de faire les choses proprement sur des morceaux assez simples avant de voir si on peut aller « jouer plus loin ».

Quelles sont vos aspirations musicales, aujourd’hui et à l’avenir ?

Clarisse : On voudrait déjà commencer par étoffer notre répertoire et continuer ce qu’on a commencé. On est sur une bonne dynamique donc le but serait qu’on avance tou·te·s ensemble. On aimerait faire des concerts une fois qu’on aura plus de titres dans notre répertoire, mais on sait qu’on a mis deux bons mois pour travailler deux titres. Avec ce rythme de croisière, je pense que l’année prochaine on sera prêt·e·s.
Iban : J’aimerais beaucoup aussi qu’on fasse des concerts, une fois qu’on sera bien prêt·e·s, bien calé·e·s, un peu plus complices entre nous musicalement, avec de bonnes interactions sur scène, carrément !

Pour le moment vous jouez des reprises, avez-vous envie d’écrire vos propres compos ?

Iban : Ça serait classe ça, oui !
Clarisse : J’ai déjà quelques textes en stock mais je sens qu’on manque encore un peu de maturité pour les amener dans notre groupe. Ça pourra devenir un véritable objectif pour l’an prochain. En tous cas, j’aimerais qu’on puisse aller sur ce terrain-là et je pense que je ne suis pas la seule à produire des textes et de la musique en dehors de notre groupe donc ça promet de chouettes moments de mettre tout ça en commun !


Un grand merci aux apprenti·e·s musicien·ne·s des Suspended Hours d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, juste avant leur tout premier concert ! De notre côté, nous allons suivre de près leur parcours et vous donner des nouvelles d’eux·elles régulièrement.

ARA


301 Avenue des Nations Unies
59100 Roubaix
> Adresses e-mail

Tél. : 03 20 28 06 50
Fax : 03 20 68 06 78
© ARA 2019